L’action en justice ne peut être un motif de licenciement

06 mars 2019

Dans son arrêt du 13 février 2019, la Cour de cassation estime qu’un employeur ne doit ni fonder un licenciement sur l’action en justice d’un salarié, ni la mentionner dans la lettre de licenciement. En effet, et selon la Haute juridiction, cela porte atteinte à une liberté fondamentale constitutionnellement garantie : celle d’agir en justice.

La solution de principe retenue par la Cour est la suivante :

Attendu qu’il résulte de ces textes [ndlr : alinéa premier du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 et l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789] qu’est nul comme portant atteinte à une liberté fondamentale constitutionnellement garantie, le licenciement intervenu en raison d’une action en justice introduite ou susceptible d’être introduite par le salarié à l’encontre de son employeur.

ALORS QUE le licenciement d’un salarié prononcé, serait-ce pour partie, en raison de l’action en justice exercée par ce dernier à l’encontre de son employeur est nul comme portant atteinte à une liberté fondamentale.

cass. soc. 13 février 2019, n° 17-23720 D
cass. soc. 3 février 2016, n°14-18600, BC V n° 18
cass. soc. 16 mars 2016, n° 14-23589, BC V n° 50

RFSocial

Image © Pixabay

Brèves juridiques

La destruction du bien d’autrui implique une remise en état à l’identique

Dans son arrêt du 28 mars 2019, la Cour de cassation a jugé qu’un mur ancien en pierres, qui avait été détruit à tort par un voisin, doit être non seulement reconstruit, mais il doit l’être à l’identique.

Le double usage d’une pièce d’habitation peut-il constituer un deux pièces ?

Dans son arrêt du 14 mars 2019, la Cour de cassation a jugé qu’un “salon-salle à manger” constitué d’un espace unique peut être considéré comme deux pièces habitables distinctes, si certaines conditions sont respectées.

Écrire un commentaire