Trottinette électrique : vous n’êtes pas automatiquement assuré !

21 septembre 2019

Elles ont envahi les rues de Paris pour le bonheur des uns, et le malheur des autres. Certaines circulent sur les trottoirs, slalomant parfois entre les passants alors que d’autres – plus respectueuses des obligations – roulent sur le goudron et les pavés, aux cotés des automobilistes.

Vous l’aurez compris, je veux bien entendu parler des fameuses trottinettes électriques, utilisées par tout un tas de citoyens différents : adultes, ados, enfants, jeunes, moins jeunes etc.

Cependant, beaucoup ne se posent pas la question de l’assurance ! En effet, que se passe-t-il en cas d’accident avec un piéton par exemple ? Vous pensez être couvert par votre assurance multirisques habitation ? Et bien détrompez-vous ! Dans la mesure où c’est une trottinette électrique, cet engin est donc considéré comme un véhicule terrestre à moteur ! Par voie de conséquence, il vous faut impérativement être assuré pour ce genre de bien (et la notion de “libre service” n’y change rien) :

  • Il vous faut donc vous rapprocher de votre assureur, pour couvrir les risques des dommages que vous pouvez causer à autrui, dans ce cas il s’agit d’une assurance en responsabilité civile,
  • Mais également, il vous faudra une assurance pour couvrir les risques de dommages que vous pouvez vous causer à vous-même, dans ce cas il s’agit d’une assurance individuelle.

Dans cette légère brève, j’attire votre attention sur l’importance de détenir ces assurances (il faut compter en moyenne 80 € par an pour l’une, et 120 € par an pour l’autre). Car en effet, si par l’utilisation de cette trottinette électrique vous percutez un piéton, et que celui-ci se retrouve avec des séquelles graves, vous risquerez de payer toute votre vie ! Et quand on voit la vitesse que peut atteindre ces engins au milieu des passants, eux-mêmes pas toujours regardant, la question mérite réflexion.

Vous pouvez poser vos questions dans les commentaires, je tâcherai de vous répondre au mieux !

© Image : Pixabay

Brèves juridiques

La prise d’acte justifiée en cas de manquements graves de la part de l’employeur

Dans son arrêt du 15 janvier 2020, la Cour de cassation estime que la prise d’acte peut être justifiée lorsque le salarié reproche à l’employeur des manquements suffisamment graves pour empêcher la poursuite du contrat de travail. Il en est de même lorsque ces graves manquements ont persisté pendant plusieurs années.

Mérule : l’agent immobilier a une obligation d’information envers l’acheteur.

La Cour de cassation a décidé dans son arrêt daté du 14 novembre 2019 qu’un acheteur peut obtenir une indemnisation s’il n’est pas informé par l’agent immobilier que le bien acquis était infesté de la mérule(1), même si celle-ci a été éradiquée. La Haute juridiction estime en effet les éléments suivants : “il appartenait à […]

Écrire un commentaire