Un licenciement ne peut pas être justifié par un témoignage anonyme

02 novembre 2018

Travail : La Cour de cassation a jugé dans son arrêt du 04 juillet 2018 qu’un témoignage anonyme ne suffisait pas pour prouver une faute invoquée à l’appui d’un licenciement.

La solution de principe retenue par la Cour est la suivante : “le juge ne peut fonder sa décision uniquement sur des témoignages anonymes sans porter une atteinte excessive aux droits de la défense ; qu’en l’espèce, la cour d’appel ne pouvait se fonder uniquement sur le rapport de la direction de l’éthique pour considérer que le licenciement du salarié était justifié dès lors que ce rapport ne mentionnait pas l’identité de son ou ses auteurs, qu’il n’était pas signé et que les témoignages y figurant étaient anonymes en sorte que le salarié ne pouvait utilement se défendre des accusations portées contre lui ; que l’atteinte aux droits de la défense ne pouvait être écartée du seul fait que le salarié avait eu la possibilité de prendre connaissance du rapport dès lors que l’anonymat des témoignages demeurait ; qu’en retenant néanmoins que le rapport de la direction de l’éthique était suffisant pour démontrer la réalité des faits reprochés au salarié au motif que « l’atteinte aux droits de la défense fondée sur le caractère anonyme des témoignages n’est pas plus justifiée dans la mesure où M. Charles X… a eu la possibilité d’en prendre connaissance et de présenter ses observations », la cour d’appel a violé l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.”

Cour de cassation, Chambre sociale, 4 juillet 2018, 17-18241, Publié au bulletin

Source de l'image : http://www.affiliate-channel.com

Brèves juridiques

Droit à l’image et réseaux sociaux : les autorisations sont nombreuses !

Se connecter sur un réseau social via son ordinateur ou son smartphone est devenu aussi banal que de prendre un café le matin en se levant ! Facebook, Twitter et compagnies sont entrés dans nos foyers il a presque 15 ans, et toute une génération d’adolescents ont toujours côtoyés ces “nouveaux amis”. Bien que leur […]

Le locataire qui sous-loue son logement doit les loyers au propriétaire

La Cour de cassation vient de juger dans son arrêt du 12 septembre 2019 qu’un locataire qui sous-loue son logement sans l’accord de son bailleur peut être amené à lui verser les loyers de la sous-location.

Écrire un commentaire