La destruction du bien d’autrui implique une remise en état à l’identique

14 mai 2019

Dans son arrêt du 28 mars 2019, la Cour de cassation a jugé qu’un mur ancien en pierres, qui avait été détruit à tort par un voisin, doit être non seulement reconstruit, mais il doit l’être à l’identique.

La solution de principe retenue par la Haute juridiction est la suivante :

Le principe de réparation intégrale impose la remise des parties dans l’état où elles se trouvaient avant la réalisation du dommage.

La solution d’espèce est donc la suivante :

ALORS QUE la victime, qui a droit à la réparation intégrale de son préjudice, doit être replacée dans la situation où elle se serait trouvée si l’acte dommageable ne s’était pas produit ; que dans leurs écritures d’appel (conclusions signifiées le 21 avril 2017, p. 8, alinéa 1er), M. et Mme K… S… indiquaient qu’ils étaient en droit de demander à Mme C… la remise en état à l’identique du mur de pierres qui leur appartenait et que celle-ci avait détruit « du fait d’agissements illégaux » ; qu’en considérant que Mme C… avait pu remplacer le mur de pierres d’origine par un mur « en agglomérés », sans causer de ce fait un quelconque préjudice à M. et Mme K… S… (motifs adoptés du jugement entrepris, p. 5 in fine), cependant que ces derniers étaient en droit, en application du principe de réparation intégrale, de solliciter la remise en état à l’identique du mur endommagé, sans avoir à justifier en outre d’un préjudice, la cour d’appel a méconnu ce principe et a violé l’article 1382 du code civil, devenu l’article 1240 du même code.

Cour de cassation, Chambre civile 3, 28 mars 2019, 17-29005

Image : © Pixabay

Brèves juridiques

Le double usage d’une pièce d’habitation peut-il constituer un deux pièces ?

Dans son arrêt du 14 mars 2019, la Cour de cassation a jugé qu’un “salon-salle à manger” constitué d’un espace unique peut être considéré comme deux pièces habitables distinctes, si certaines conditions sont respectées.

Licenciement valable pour des faits commis hors de son temps de travail

La Cour de cassation, dans son arrêt daté du 16 janvier 2019, valide le licenciement d’un salarié par son employeur, alors que le second s’est appuyé pour la rupture du contrat de travail, sur des fautes commises en dehors du temps de travail du premier.

Écrire un commentaire